À propos

Le CJR-QC offre des programmes de justice réparatrice aidant à répondre au besoin criant de reconnaissance de la part des personnes lésées tout en favorisant un taux plus élevé de réhabilitation des contrevenants. La démarche transformatrice que suscite la justice réparatrice est un chemin de guérison holistique qui se fait à l’aide d’une éthique de l’accompagnement et de la narration.

Les Fondateurs du Centre de Justice Réparatrice de Québec (CJR-QC)

Prêtre du diB_Tessierocèse catholique de Québec, l’abbé Benoît Tessier est aumônier à l’établissement de détention provincial Leclerc. Il avait obtenu un DEC en technique de la faune et a travaillé dans le domaine de l’aménagement faunique avant de compléter un baccalauréat es arts en théologie. Détenteur d’un certificat en pédagogie pour l’enseignement secondaire, il a obtenu son brevet d’enseignement et un permis d’enseigner, ce qui lui a permis d’occuper un poste d’enseignant dans une école secondaire. Titulaire d’une maîtrise en théologie, il a été successivement vicaire et curé de paroisse au diocèse de Québec à Lévis, en Charlevoix et auprès de la Communauté huronne-wendat, à Wendake. Sensible aux questions sociales, il a milité dans des organismes de défense de droits des chômeurs et chômeuses. Il s’intéresse à l’implantation de programmes de justice réparatrice à Québec ce qui l’a amené à être un des trois membres fondateur du CJR-QC.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Henri Tremblay
est médiateur accrédité (IMAQ). Il œuvre dans les domaines de la médiation, l’évaluation de besoins de groupe, la consultation, la formation, la toxicomanie et le développement communautaire. Il livre de la formation sur la médiation, la communication, la diversité et la résolution de conflits; facilite des sessions de résolution de conflits et des activités de guérison post conflictuelles. Henri a été reçu Associé principal de l’Institut canadien de la résolution de conflits en 1997. Il est un des co-fondateurs du CJR-QC et membre du comité d’implantation de la justice réparatrice.

 

Lucie_Painchaud_wDe formation philosophique (M.A.) et théologique (M.A.),
Lucie R. Painchaud a été animatrice de pastorale auprès des cadets et cadettes de la marine suite à son enrôlement comme aide-médicale dans la Réserve à 18 ans. Elle a ensuite été professeure de philosophie au Cégep et professeure de langues secondes en entreprise. Elle a rédigé un Mémoire sur La Notion de conscience chez Henri Bergson et une thèse intitulée Justice réparatrice et médiation pénale : Aspects éthiques et sociaux. Elle a travaillé à la fonction publique du Canada à Ottawa et au gouvernement provincial pour se retrouver en milieu carcéral. C’est lors d’un colloque des Aumôniers du Service correctionnel en 2001 que Lucie a découvert la justice réparatrice. Bénévole pour l’Association canadienne des Nations unies (section Québec) et responsable du dossier du Développement durable, elle a aussi été déléguée à la IVe Conférence mondiale des Femmes pour l’ONU en 1995. Elle a, en outre, été nommée sur plusieurs comités au Services diocésains. Ambassadrice de la réconciliation, Lucie est également cofondatrice du CJR-QC où, dans un esprit de vérité et de transparence, elle exerce le titre de responsable et de coordonnatrice.

Les membres du Conseil d’administration
du Centre de Justice Réparatrice de Québec

JpegAndré Émond, possède un baccalauréat en génie métallurgique de l’université Laval et il est ingénieur, membre de l’Ordre des ingénieurs du Québec. Il possède aussi une maîtrise en administration des affaires (M.B.A.), diplôme conjoint entre l’Université Laval et l’Université York à Toronto. Il a longtemps été consultant et travaille désormais à Revenu Québec en informatique. Il fait du bénévolat depuis toujours. Il s’est occupé d’adoption et d’aide à l’enfance à l’international, tout comme de réfugiés ayant besoin d’aide. Puis un jour, un ami lui a demandé de l’épauler auprès de nos propres enfants abandonnés que sont les ex-délinquants.

Damien_Bouchard_wDamien Bouchard, aujourd’hui retraité de l’enseignement, est administrateur au CJR-QC. Il détient une formation en psychopédagogie et s’est doté d’une formation comme intervenant en toxicomanie après avoir longuement travaillé auprès d’adolescents(es) ayant des troubles de conduite et de comportements. Il a en outre été membre du Comité Consultatif des Citoyens du Centre Correctionnel Communautaire Marcel-Caron.

 

Cote_Georgette_wGeorgette Côté, servantes du cœur immaculé de Marie, dites sœurs du Bon-Pasteur de Québec, détient une formation en enseignement et en psychoéducation de l’Université de Montréal. Elle a été enseignante au niveau primaire et secondaire et en techniques d’éducation spécialisée au CÉGEP. Elle a été psycho éducatrice auprès d’adolescentes en difficulté d’adaptation et a également œuvré à l’accueil et à l’aide de femmes en difficulté d’adaptation. Elle exerce un service d’autorité à l’interne au sein de sa communauté depuis 1992. Elle est membre du Conseil d’administration du Centre résidentiel communautaire « Expansion-femmes de Québec » depuis 2009, de « La Roselière » (service d’écoute et d’aide à des femmes qui vivent une grossesse imprévue) depuis 2010, et du Conseil d’administration depuis sa création en 2012.

JC_Bernheim_wAprès avoir complété un baccalauréat en biologie à l’Université de Montréal, Jean-Claude Bernheim, vice-président du CJR-QC, a enseigné, pendant cinq ans, la biologie et la chimie au niveau secondaire avant de devenir coordonnateur de l’Office des droits des détenu-e-s (ODD) de 1976 à 1990. Son implication au niveau international se manifeste par sa nomination en 1979 au poste de Secrétaire chargé des questions carcérales de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (Paris) et ce, jusqu’en 1995. Il a été nommé professeur à temps partiel au Département de criminologie de l’Université d’Ottawa en 1986 et a enseigné à la Faculté de l’éducation permanente de l’Université de Montréal de 1989 jusqu’en 2007. Il enseigne la criminologie et les droits de la personne à l’Université de Saint-Boniface depuis 2010. Il obtient sa maîtrise en criminologie en 1987 et termine sa scolarité de doctorat en 1992. Il est l’auteur de quatorze volumes. Il est actuellement  impliqué dans la John Howard Society du Québec et du Canada.

Luc_Landry_Israel_2014_wLuc Landry est Président du Centre de Justice Réparatrice de Québec depuis le départ de Robert Leclerc à l’hiver 2015. Natif de Natashquan et 12e d’une famille de 15 enfants, la devise de Luc au cours de sa jeunesse était : Toujours combattu, quelques fois battu, mais jamais abattu! À l’été 1968, sa rencontre personnelle avec Padre Pio a transformé sa vie. Sa devise devint alors : « Je puis tout en Celui qui me fortifie… car ce n’est plus moi qui vie, mais le Christ qui vit en moi » (Ph 4,13). Sa formation universitaire se passa de 1967 à 1969, en théologie, au Grand Séminaire des Voluntas Dei, R. R. Edmundston (N. B) et de 1972 à 1974 en théologie et en sciences de l’éducation à l’Université Laval Québec. Luc a été animateur de pastorale à la maison Jésus-Ouvrier de 1969 à 2000. Entretemps, il a été animateur régional et coordonnateur provincial pour le Conseil des Églises pour la Justice et la Criminologie (section Québec) de 1981 à 1988. C’est aussi depuis 1988 que Luc exerce son talent d’intervenant communautaire, d’animateur régional et de coordonnateur pour le Centre de Services Communautaire Justice et Foi de Québec. Luc soutien la cause de la justice réparatrice depuis toujours!

Christiane_Turbide-1Secrétaire-trésorière, Christiane Turbide : Active dans son nouveau milieu à Québec, elle a été Directrice générale du Centre d’action bénévole des Chic-Chocs pendant 25 ans en Gaspésie.
Elle a cumulé de nombreux postes à titre de représentante du mouvement communautaire autonome au niveau local, régional et national. À ce titre, elle a été membre fondatrice et administratrice, du Regroupement des organismes communautaires Gaspésie-Iles de la Madeleine, de Centraide Gaspésie-Iles de la Madeleine, de la Société Alzheimer Gaspésie-Les Îles et membre du conseil d’administration de la Fédération des Centres d’action bénévole du Québec, de la Table de concertation régionale des Ainés Gaspésie-Les Iles, de la Régie Régionale de la SSS Gaspésie-Les Iles, ainsi que du CLD Haute-Gaspésie.
Enfin, elle occupe un poste comme administratrice au conseil d’administration de la Fabrique Ste-Angèle de St-Malo.