Services

Le CJR-QC offre deux VOLETS à son Programme de justice réparatrice qui repose sur la conviction que toute personne est capable :
–    De se sortir de toute épreuve
–    De guérir de ses blessures
–    De prendre sa place et de devenir pleinement soi-même

Le 1er VOLET: Les Cercles de réconciliation ou Rencontres victimes / ex-détenu.e.s

Les Cercles de réconciliation regroupent des victimes d’actes criminels, des auteurs de délits criminels, des représentants de diverses collectivités, des aînés et des facilitateurs qui offrent un service professionnel et confidentiel, tout en assurant la sécurité et le respect des croyances de chacun des participants(es). Personne n’est étiqueté, le tout est volontaire et c’est un service gratuit.

Concrètement, ces rencontres sont basées sur le témoignage de vie, le récit de son histoire personnelle, de son vécu.
Des valeurs de transparence, d’ouverture, de vérité et d’inclusion se dégagent dans ce lieu de parole sacrée.

La justice réparatrice se voit à l’œuvre dans cet espace du cœur et de la présence empathique qui suscite une écoute attentive et favorise l’expression des émotions qui tiennent prisonniers.

L’atmosphère d’intériorité du Cercle engendre une compréhension mutuelle qui soulage la souffrance et amène un regard nouveau sur sa blessure. Elle facilite l’expérience d’une catharsis : une percée émotionnelle libératrice qui provoque une transformation intérieure. Chacun.e est amené à se réconcilier avec soi-même, avec les autres et avec la vie.​ C’est une démarche de prises de conscience, un cheminement vers la guérison et la réconciliation, un parcours qui contribue à atteindre l’harmonie et la paix du cœur.

« Le lieu des grandes blessures est aussi le lieu des grandes guérisons. » (Benoît Lacroix, O.P., une spiritualité pour le temps présent)


Le 2 ième VOLET: Les Ateliers Retour à l’esprit (Returning to spirit)

Suite au legs d’une histoire de colonisation, les Ateliers Retour à l’esprit, une initiative de guérison et de réconciliation pour une nouvelle humanité.

Développés dans l’Ouest canadien par Marc Pizandawatc, un Anishinabeg de Kitigan Zibi, Ann Thompson, Sr de Ste-Anne, du diocèse de Mackenzie-Fort Smith (Fort Good Hope, T.N-O.) et une équipe qui avait de l’expérience en développement personnel et communautaire, une connaissance des traditions des Premières Nations, ainsi qu’un sens du développement de ses habiletés personnelles pour reprendre le pouvoir sur sa vie, les ateliers Retour à l’esprit reconstruisent la paix suite au legs des pensionnats où des enfants des Premières nations du Canada, du Labrador et des Inuits ont été envoyés.

C’est le constat du décalage, de la division marquée entre Autochtones (A) et non-Autochtones (NA), la discrimination raciale systémique et les préjugés envers les Premières Nations qui font en sorte que le besoin de changer les mentalités est évident. L’originalité des ateliers Retour à l’esprit est donc d’associer A. et NA. dans une démarche de croissance personnelle et de réconciliation avec soi et avec les autres, où l’on touche la question des pensionnats sans toutefois s’y arrêter exclusivement.

Les personnes qui s’inscrivent aux ateliers peuvent avoir vécu l’expérience des pensionnats, être les descendants de personnes qui les ont vécus, travailler ou être solidaires avec les Autochtones, se sentir concernées par la cause, ou encore, avoir été incarcérées et faire une démarche de réhabilitation. Le processus de guérison est en marche chez les Premières Nations mais il est loin d’être terminé.

Les thèmes d’apprentissage des Ateliers focalisent sur la transition de vie, sur notre façon d’être, sur la spiritualité, la quête de sens, la communication et les relations entre A. et NA. Suite aux ateliers, les participants disent expérimenter des relations plus solides, une appréciation plus développée de la valeur de chaque interaction humaine et une meilleure insertion sociale. En somme, ce modèle offre la possibilité de créer consciemment un avenir de pardon, de confiance, de collaboration et d’appréciation.

La formule : l’atelier A. est un processus intensif de cinq jours animé par une équipe A.; l’atelier NA., qui est identique, est un processus intensif de cinq jours animé par des NA.
Par la suite, il y a l’atelier de réconciliation qui dure cinq jours aussi et où les deux groupes se rencontrent : cette équipe d’animation est composée de facilitateurs A. et NA.

L’organisme Returning to spirit a été fondé au Manitoba en 2006 et opère en partenariat avec le Centre de Justice Réparatrice de Québec depuis 2013 : c’est notre façon d’adhérer aux recommandations du Rapport de la Commission Vérité Réconciliation en lien avec la volonté de mise en place d’initiatives de justice réparatrice pour développer tous ensemble des relations significatives fondées sur la reconnaissance et le respect mutuel.

Plus de détails dans la section Témoignages

Photo du groupe non-Autochtone francophone ayant participé à l’Atelier Retour à l’esprit à l’Ermitage Ste-Croix (à l’Ouest de Montréal) en janvier 2017 avec 21 participants.

Te_RAE_Montreal_QC_2017_0378_w

———-
Photo du groupe non-Autochtone ayant participé à l’Atelier Retour à l’esprit au Centre Tatamagouche (Halifax) en janvier 2013, en compagnie de six sœurs de la Charité de St-Vincent-de-Paul et Mgr Brian Dunn.

TatamagoucheNA_2013_w

Returning to Spirit

A process of healing and transforming the Residential School legacy for both Aboriginal and non-Aboriginal communities.

Pour avoir une meilleure idée du déroulement des ateliers voir cette vidéo (en anglais seulement):

 

Rapport d’activités de novembre 2015 à mars 2017

Le présent Rapport est rédigé sur une période de dix-huit (18) mois dû au changement de la date de fin d’exercice du CJR-QC qui est passée du 1er août au 31 mars et ce, approuvé par l’Agence de Revenu du Canada et amendé dans les Règlements généraux.

Rapport_D’Activités_CJR-QC ,pdf

Enregistrer